Ecole Panou de Bombardepolis

2 octobre 2013

Mardi 1er octobre, c’est la date la rentrée scolaire officielle pour toutes les écoles Haïtiennes. En fait, elle a été repoussée d’un mois par le gouvernement Haïtien, mesure populaire, car elle permet de payer un mois de moins l’écolage pour les familles mais c’est aussi un mois de moins pour faire le programme.

Jour de rentrée à Bombardepolis, nous rejoignons donc l’école PANOU. Il y a deux écoles PANOU dans le NO, qui sont gérées par ADEMA. La particularité de ces écoles est qu’elles s’adressent aux plus démunis. Le coût est de 250 gourdes (soit environ 5 euros) pour l’année.

Nous faisons connaissance avec l’équipe d’enseignants et notamment les institutrices du pré-scolaire (nos classes maternelles), et comme toute rentrée, c’est un lots d’enfants en pleurs pour les plus jeunes. Mausert est surprit de voir le nombre d’élèves dans les petites classes (environs 45 enfants), car ce n’est pas le quota d’élèves normalement fixé, mais le directeur nous expliquera que les pressions sont fortes pour inscrire les élèves, la réputation de l’école et très bonne en plus d’être accessible.

Mausert insiste auprès du directeur pour trouver rapidement un solution pour que les classes soient moins chargées, quitte à ouvrir une nouvelle classe et payer un enseignant en plus.

Pendant que nous découvrons, la bibliothèque, la salle informatique..., le directeur du comité scolaire (un parent d’élève) distribue les fournitures scolaires de l’année, quelques cahiers et crayons par élèves.

Le directeur de l’école, entre deux rendez-vous avec des parents, prend un peu de temps pour que l’on discute du projet qui nous amène sur place. Nous échangeons sur l’intérêt de mettre en place un programme pédagogique d’échanges entre des classes en France et en Haïti.
Cette première prise de contact est aussi l’occasion de programmer nos prochaines visites à l’école la semaine prochaine : observation du fonctionnement des cours, rencontre avec les enseignants motivés par le projet, quelques vérifications techniques sur les moyens informatiques pour favoriser les échanges de classes à classes. L’école est équipée de tableaux interactifs qui, d’après le conseil d’administration, doivent permettre de ne pas rater les évolutions éducatives en cours.

L’échange avec le directeur nous permet de comprendre aussi ce qui fait la réputation de l’école, qui se concrétise par de bons taux de réussite scolaire aux examens nationaux.
A savoir : une pédagogie centrée sur les élèves, des classes pas trop nombreuses, des enseignants motivés par le projet de l’école. C’est aussi la seule école du secteur de Bombardepolis qui dispose d’une bibliothèque et d’une salle informatique.

Pour finir de vous décrire l’école, les élèves portent un uniforme bordeaux avec une chemise multicolore et les enseignants sont en tailleurs ou en costume... bref une école qui nous reste à explorer en profondeur.

Pour en savoir plus sur les programmes éducation d'ADEMA, cliquez ICI